Clara, 21 ans, volontaire engagée pour la protection du Parc National de Taï en Côte d'Ivoire

Volontaire en service civique international, Clara est actuellement en mission en Côte d’Ivoire aux côtés de la Wild Chimpanzee Foundation. Après deux années d'études universitaires en ligne, elle a choisi de partir en volontariat pour changer d’air et retrouver un lien concret avec la réalité. Découvrez-en plus sur sa mission et son parcours !

09/06/2022

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours ?

Bonjour, je m’appelle Clara, j’ai 21 ans et j’ai vécu à Grenoble en France, jusqu’à mes 18 ans, puis je suis partie après mon BAC à Marseille, à l’Université pour une Licence dans les Sciences de la Vie et de la Terre, spécialisée en biologie marine.  

Le premier semestre de ma troisième année (2020) a été un peu compliqué à cause des cours à distance… N’étant pas très à l’aise avec les mathématiques, une discipline principale dans mon parcours, je n’ai malheureusement pas validé ce semestre.

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement ?

Après cette année et demie passée devant mon écran d’ordinateur, enfermée dans mon 14m², à écouter mes professeurs me parler de choses qui pour moi, n’avaient finalement que peu de sens et qui n’étaient pas concrètes, j’ai eu besoin de prendre un grand bol d’air.  

J’ai donc pensé au Service Civique, d’abord dans les TROM (pour vivre un dépaysement mais tout en restant en France), puis j’ai postulé pour cette mission en me disant que de toute façon je n’avais rien à perdre que d’envoyer une candidature de plus. Quel étonnement lorsque l’on m’a dit que j’avais un entretien ! Je n’avais pas vraiment réalisé jusqu’alors que cela pourrait me donner l’opportunité de partir longtemps sur un autre continent, loin de mes proches certes, mais c’est aussi cela que je recherchais…  

Quelle est ta mission en tant que volontaire ?

Je suis chargée d’animer un espace dédié à la sensibilisation et à la protection du Parc National de Taï et de ses animaux : l’éco-musée de Taï. J’accueille donc gratuitement toute personne voulant visiter cet espace. Le plus souvent, ce sont les élèves de l’école primaire, qui se situe juste à côté, qui viennent me rendre visite. Nous avons un espace bibliothèque à disposition, je projette des documentaires/films d’animations sur la biodiversité et les animaux, je propose également des ateliers d’alphabétisation (écriture, phonétique…) pour ceux qui ont des difficultés ainsi que des ateliers dessins.  

J’accueille 20 élèves de CP chaque semaine avec leurs enseignants, pour leur faire découvrir la peinture, des ateliers manuels comme le collage et le découpage également. 

J’interviens au sein d’un collège pour voir chaque classe (de la 6ème à la 3ème), une fois par mois afin de leur donner un cours sur la biodiversité, (cycle de l’eau, les différents étages du sol, composition de l’air…), les animaux (mode de vie des éléphants) etc.  

Enfin, j’ai aidé à la création d’un circuit en forêt la journée, dans le cadre d’un projet d’éco-tourisme, en formant 5 personnes locales sur l’ethnobotanique du Parc National de Taï. 

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée (mal du pays ? Intégration ?)

J’ai d’abord eu un peu d’appréhension. Je me suis laissée du temps, le temps d’observation pour comprendre la culture, etc. Puis je pense qu’après 3 mois, je me suis sentie plus à l’aise, notamment dans mon intégration. 

Puis après 6 mois, je ne me suis plus posée la question de comment réagir à telle ou telle situation. 

Pour toi, qu’est-ce que l’Espace Volontariats ?  

Un lieu de rencontre entre les personnes qui sont en volontariat et celles qui souhaitent s’engager.

Qu’est-ce que t’as apporté ta mission sur le plan personnel et professionnel ?

Sur le plan personnel je n’ai pas encore assez de recul pour mettre des mots plus significatifs qu’ « enrichissement ». J’ai fait de belles rencontres, que je ne risque pas d’oublier. Sur le plan professionnel, j’ai énormément gagné en confiance en moi, notamment dans la prise de parole devant du public. Je me suis dépassée et j’ai énormément gagné en autonomie aussi. 

Quels sont tes projets post-volontariat ?

J’ai postulé pour une 3ème année de Licence Professionnelle dans la conception de prestations en écotourisme et la découverte de l’environnement à Saumur, pour laquelle j’ai été acceptée. 

Je remercie d’ailleurs encore Emmanuelle Normand, directrice de la WCF d’Afrique de l’Ouest, pour le soutien dans ma candidature. 

Un conseil aux futurs volontaires ?

OSER !