Giulia, en service civique pour l'ONG Gbobètô au Bénin

À Porto-Novo, Giulia s'est engagée comme volontaire en service civique : elle apporte son expertise technique à l'association Gbobètô.

16/07/2021

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours ?

Je m’appelle Giulia Caccialupi, j’ai 23 ans et je suis originaire du sud de la France. Je suis actuellement, en formation d’ingénieure en Génie Mécanique et Conception, la suite logique de mon DUT en Génie Mécanique et Productique.

Je suis une personne avide d’expériences et de nouvelles connaissances dans les domaines les plus variés possible. De plus, je suis à la fois curieuse et « touche-à-tout » grâce à ma passion pour la mécanique.

J’ai toujours été guidé par la volonté de sortir de ma zone de confort et de voyager, c’est une addiction.

Pourquoi avoir choisi le volontariat ? Quelles étaient tes motivations ?

Honnêtement, je n’ai pas choisi de faire un service civique mais j’ai eu un coup de cœur pour l’association Gbobètô et ces projets. En quelques jours, j’ai décidé de prendre un semestre de césure dans ma formation, de faire un service civique et de partir au Bénin.

Comme une grande partie des jeunes qui souhaitent s’engager en service civique, j’étais à la recherche de réponses et de sens dans ma vie. Mission réussie !

Peux-tu nous présenter ta structure d’accueil ?

Ma structure d’accueil est une association franco-béninoise, Gbobètô à Porto-Novo au Bénin. Gbobètô, « Le ramasseur des déchets ménagers », œuvre à faire du déchet un levier de développement territorial. Les activités de l’association se développent autour de trois piliers :

  • Rendre la ville propre et saine.
  • Transformer le déchet en ressource pour le mieux-vivre.
  • Favoriser une économie circulaire créatrice d’emplois durables.

Les projets de Gbobètô sont :

  • Le Projet Energie Verte : transformer les déchets biodégradables agricoles en un combustible écologique et alternatif au charbon de bois massivement utilisé pour la cuisson des aliments.
  • Le Comptoir du Plastique : une unité de recyclage de plastique pour Porto-Novo. Gbobètô achète du plastique, principalement du PP et du PE, aux petites collectrices et le transforme en broyat qu’elle revend ensuite aux entreprises pour donner une nouvelle vie à ce plastique. Depuis le début du projet, 38 tonnes ont été broyées.
  • Les Recycleries : une structuration d’unités de tri professionnelles en partenariat avec une société gouvernementale.
  • L’opération 2-en-1 : sensibiliser et éduquer les milieux scolaires sur l’environnement.

Gbobètô, c’est aussi 12 salariés qui travaillent ensemble et se soutiennent au quotidien.

Pour en savoir plus sur l’ONG Gbobètô

Tu nous parles de ta mission ?

Initialement, je suis venue pour effectuer de la sensibilisation dans les écoles aux métiers techniques et sur les questions écologiques, surtout auprès des jeunes filles.

Cependant, je me suis rapidement rendu compte que j’étais plus utile à l’association sur les sujets techniques des projets en apportant un soutien dans ce que je maîtrise et j’adore : la technologie et la mécanique.

Aujourd’hui, j’apporte mon expertise technique sur tous les projets de l’association. Je travaille dans la recherche & développement pour constamment améliorer les systèmes. Aussi, je suis souvent sur le terrain pour soutenir les groupements agricoles, les ateliers de mécanique, les recycleries avec lesquelles nous collaborons.

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée au Bénin ?

Un pays chaud et humide ! Mais on s’y habitue très vite.

A Porto-Novo, « Yovo ! Yovo ! », qui signifie blanc auquel on répond « Meoui ! Meoui ! », noir.

Un environnement dans lequel je me suis senti rapidement intégrée et en sécurité. Les Béninois possèdent un pays culturellement très riche avec des magnifiques paysages. 

Qu’est-ce que cette expérience de volontariat t’apporte ?

Sur un plan professionnel, j’ai découvert « la mécanique africaine » avec comme pilier la LowTech et comme valeur « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Tout est fabriqué avec les moyens disponibles et une grande dose de débrouille depuis le plus jeune âge. Ce sont les modes de fonctionnement les plus en adéquation avec mes valeurs plutôt que ceux de l’industrialisation occidentale. 

Sur un plan humain, je ne rentrerai pas la même après cette expérience et c’était bien l’objectif ! J’y ai découvert les travers et les qualités du fonctionnement de la société Béninoise. La compréhension des réalités socio-économique et politique du pays. De quoi enrichir de nombreuses réflexions.

De plus, le fait d’agir en tant que volontaire dans une association qui en a réellement besoin m’a permis de me sentir utile dans un domaine où normalement je serai une parfaite anonyme. Ça m’a permis de gagner de la confiance en moi.  

Pour finir, je me sens reconnaissante envers mes parents et le pays dans lequel j’ai grandi.

Quels sont tes projets post-volontariat ?

Je me projette beaucoup dans le futur surtout depuis que je suis au Bénin en service civique. Je suis constamment en questionnement sur ce que je veux faire, où je veux aller, quel type de vie je veux mener ?

En rentrant, je vais finir ma formation d’ingénieure en mécanique et conception en commençant ma 5ème et dernière année d’école d’ingénieur. Pendant cette même année, je souhaiterai partir en semestre d’étude au Chili afin de perfectionner mes connaissances dans les énergies renouvelables et de découvrir la réalité de la vie en Amérique du Sud. 

Aussi, je finirai ma formation avec un stage d’ingénieur de 6 mois. Je ne sais pas encore où et dans quel domaine je réaliserai ce stage. Peut-être à nouveau dans l’association Gbobètô ?

Enfin, après mon diplôme, j’aspire à réaliser un master en alternance dans le domaine de l’entrepreneuriat technologique et le développement international afin de renforcer mes connaissances en gestion de projet.

Un conseil aux futurs voyageurs ?

Partir avec la plus grande ouverture d’esprit possible sur tous les points de vue. Garder en tête qu’il n’y a pas une meilleure façon de faire, juste des façons différentes.