Jade, volontaire de solidarité internationale au Laos

Jade, volontaire de solidarité internationale, est partie au Laos en octobre 2016. L'éducation est au cœur de son engagement : coordinatrice des programmes pour l’association Enfants d’Asie, elle nous raconte son expérience.

09/04/2019

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Jade, je suis coordinatrice des programmes pour l’association Enfants d’Asie au Laos depuis maintenant presque 3 ans. En effet, je suis arrivée le 8 octobre 2016 pour une mission de volontaire de solidarité internationale (VSI).

Quel est ton parcours ?

J’ai grandi 17 ans au Maroc avant de partir vivre pour la première fois en France pour mes études. J’ai fait un master d’Anthropologie sociale et historique spécialisé en aide humanitaire et aide au développement à l’université de Toulouse et ensuite, juste après mon diplôme, je suis venue m’installer au Laos. Mes parents habitaient à Vientiane car ils étaient professeurs au lycée français Josué-Hoffet. Sur place, je suis allée très vite au contact du terrain, ce que j’affectionne tout particulièrement.

Parle-nous de tes missions et de ta structure d’accueil

Je travaille pour l’association Enfants d’Asie, dans le domaine de l’éducation. Enfants d’Asie est présente au Laos depuis 1995 mais n’avait encore jamais eu quelqu’un à temps plein ici pour travailler pour leurs projets. J’ai donc été la première et il a fallu dans un premier temps prendre ses marques et bien comprendre le terrain avant de pouvoir y mener des projets. Je suis donc coordinatrice des programmes ici et ma mission a plusieurs facettes : gérer l’équipe de terrain, mettre en place des projets et en assurer le suivi, assurer la communication et les éventuels partenariats locaux, être en contact avec l’administration laotienne (ministère de l’éducation et des sports, ministère des affaires étrangères etc.), faire le lien avec le siège parisien, faire des visites régulières dans les villages reculés de la province dans laquelle nous travaillons etc.

Pour quelle(s) raison(s) ce projet d’engagement ?

J’ai toujours voulu travailler dans ce domaine là et je cherchais particulièrement à travailler au Laos. Je me suis spécialisée lors de mon Master dans ce domaine qui m’a toujours tenu à cœur et dans lequel je me sens utile. Peut-être est-ce le fait d’avoir toujours grandi à l’étranger et dans des pays où tous les enfants n’ont pas la chance de pouvoir aller à l’école.

Quels sont les aspects préférés de ta mission ?

Il n’y a pas grand chose que je n’aime pas dans ma mission. C’est justement tous ces aspects distincts les uns des autres qui font que je l’apprécie. Je pense que de part ma formation, ce que je préfère c’est être dans les villages reculés du Laos, au plus près de la population et donc de nos « bénéficiaires ». C’est souvent là que se passent les plus beaux moments mais c’est aussi là que l’essence même de notre travail prend du sens.

Quelles sont les compétences, savoir-faire et savoir-être que tu développes au cours de ta mission ?

J’ai énormément appris au cours de ma mission. Je venais de l’université, avec un cursus en sciences sociales, donc très littéraire. Je n’avais jamais appris à me servir de Excel par exemple. Sauf que une fois dans cette mission, il fallait bien monter des budgets, faire des rapports financiers des projets et j’ai donc dû apprendre à faire tout ça.
Du savoir être bien évidemment… Vis-à-vis de la population du pays dans lequel on travaille surtout. Impossible de travailler au Laos sans comprendre le raisonnement des Laotiens, leur rapport au travail, à la famille. Ce sont des clés essentielles pour travailler ici et surtout pour respecter au mieux la culture et se faire accepter par les milieux avec lesquels on travaille. Mon intégration d’une manière générale s’est très bien passée.

As-tu des projets pour la suite ? Que comptes-tu faire et où ?

Je compte rester dans ce que je fais déjà, l’humanitaire, le développement. J’aime beaucoup être dans le domaine de l’éducation car pour moi c’est la base de tout. Il est indispensable dans tous les autres domaines aussi pour mettre en place des projets pérennes. Cependant, je ne suis pas fermée à découvrir d’autres domaines comme par exemple celui de la protection de l’environnement. Là aussi l’éducation a d’ailleurs un rôle indispensable. Par contre je ne sais pas encore où je poursuivrai mon chemin !

Un message pour les candidats français au volontariat au Laos ?

N’ayez peur de rien et franchissez le pas, c’est une aventure incroyable dans un pays magnifique !

En savoir plus :

Le témoignage vidéo de Jade réalisé par Enfants d’Asie :

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats Vietnam et Laos :par mail ev.vietnam@france-volontaires.org