Joachim, l’Alliance française dans la peau

Manager dans l’âme, Joachim, 35 ans, a démarré son histoire avec l’Alliance en s’engageant en mission de Volontariat de Solidarité Internationale (VSI) à Madagascar, en 2018. Un parcours atypique qui lui permet d’assurer la gouvernance de l’Alliance française Ile Sainte-Marie depuis 3 ans, corroborant une réelle volonté de promouvoir la francophonie. Dans un mois, il sera promu Directeur de l’Alliance française de Tuléar.

13/10/2021

Quel a été ton parcours avant de devenir directeur d’Alliance française en VSI ? 

J’ai grandi en Afrique à Djibouti puis à La Réunion. Avant ma mission de VSI [i] en appui à la direction de l’Alliance française de l’île Sainte-Marie, à Madagascar, j’ai fait des études supérieures en management. J’ai été entrepreneur à La Réunion pendant une quinzaine d’années dans le domaine de la création et la gestion d’entreprise, des atouts essentiels pour pouvoir développer une Alliance de façon autonome.

Peux-tu nous rappeler le but et le fonctionnement d’une Alliance française ?

Une Alliance française est une association de droit local, quel que soit le pays où elle est installée. Les Alliances sont toutes rattachées à la Fondation des Alliances françaises dont le siège est à Paris. C’est un réseau mondial qui a vu le jour en France en 1883 grâce à de célèbres personnalités de notre Histoire, dont les missions principales sont de représenter les valeurs de la francophonie dans le monde, tant au niveau culturel que dans l’enseignement de la langue Française.

En tant qu’organisme de formation, le réseau des Alliances françaises permet à des millions de personnes d’obtenir, chaque année, les diplômes DELF (Diplôme d’Etudes en Langue Française) et DALF (Diplôme Approfondi de Langue Française), qui bénéficient d’une reconnaissance internationale, notamment grâce au soutien de France Education International, et plus particulièrement à Madagascar qui compte 29 Alliances parmi les 815 existantes.

Je suis particulièrement fier d’appartenir à cette grande famille qui contribue au rayonnement du réseau des Alliances françaises de Madagascar, et qui vient d’être classé premier pays (hors Europe) en nombre de candidats aux diplômes DELF/DALF sur l’année 2020.

Qu’as-tu apporté aux Samariens depuis ton arrivée à l’Alliance ?

Mes travaux ont permis à l’Alliance de Sainte-Marie de retrouver la prospérité et le soutien qu’elle mérite par une équipe motivée et impliquée, notamment grâce à la création de 4 nouvelles annexes situées dans les établissements scolaires publics, créées en partenariat avec le chef de l’enseignement général de la Circonscription Scolaire (CISCO). Des bibliothèques annexes provenant de notre fond principal et des cours de français sont maintenant accessibles à la population située en zone rurale. La formation professionnelle et un nombre de jeunes adhérents en constante augmentation constituent également une belle récompense pour toute l’équipe et moi-même.

 As-tu été surpris par le nombre de Malagasy passionnés par la langue et la culture française ?

Oui, et plus particulièrement à l’île Sainte-Marie. Nos amis et voisins Samariens sont parmi les plus francophiles et francophones du territoire malgache. Nous réalisons chaque jour ici l’importance de continuer nos missions en faveur de l’enseignement et de la francophonie qui permettent à toutes et à tous les plus grandes chances de réussite et d’ouverture sur le monde autant dans leurs parcours scolaire et professionnel, que personnel.

Parle-nous de Madagascar. Quelles sont les découvertes que tu as faites à travers ce volontariat ? 

C’est un pays extraordinaire ou une vie ne suffirait pas à tout voir. Les richesses et la beauté de sa nature, de ses habitants, de son histoire et de sa culture. L’île Sainte-Marie a été une magnifique découverte pour moi. Je connaissais déjà Madagascar depuis pas mal de temps mais je dirai que l’expérience que l’on peut vivre en volontariat, c’est un peu comme trouver le fameux trésor perdu de la Buse. C’est tout simplement la rencontre avec l’île Sainte-Marie, le véritable trésor !

Parle-nous de tes futurs projets.

A ma grande satisfaction, j’ai été sélectionné par la commission du SCAC de l’Ambassade de France d’Antananarivo pour la direction de l’Alliance française de Tuléar, à Madagascar. Je me prépare pour prendre mes fonctions d’ici le 1er novembre 2021. Grâce à ces 3 années exceptionnelles de VSI à la direction de l’AF Sainte-Marie, c’est un nouveau défi que je suis prêt à relever. Je profite de cette occasion pour remercier vivement les équipes de France Volontaires à La Réunion et à Madagascar, ainsi que les partenaires en faveur de la coopération régionale.

Pour terminer, voudrais-tu partager une citation qui t’inspire et qui pourrait inspirer d’autres jeunes à « sauter la mer » ?

Il me vient à l’esprit une citation d’un auteur compositeur interprète Français, Monsieur Jacques Higelin, qui nous a malheureusement récemment quitté justement un peu avant que je commence ma mission de volontariat en 2018. Il nous a, pour beaucoup d’entre nous je pense, surement fait rêver et voyager au moins une fois par son talent, sa musique et sa joie de vivre… J’aimerais illustrer ce témoignage avec lui pour tous ceux qui veulent « partir » et « sauter la mer » :

« Les choses arrivent à qui est disponible pour les vivre, les entendre ou les voir. C’est formidable d’être à la disposition de son destin. Sinon que se passe-t-il ? Rien. Se laisser guider par son instinct, suivre des chemins inconnus où tout devient important. Avoir le sentiment d’être de nouveau un enfant. Être curieux du monde et apprendre sans cesse. Tout a du sens quand on est comme cela, en voyage dans sa vie. »  -Jacques Higelin-

[i] Mission de volontariat cofinancée par France Volontaires, la Région Réunion et les fonds européens (Interreg V OI)