Léa, volontaire de solidarité internationale auprès de l'Unicef au Tchad

Léa effectue un VSI pour l’UNICEF Tchad. Cette Normande de 25 ans parle de son expérience de volontaire de solidarité internationale au Tchad.

14/02/2020

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

J’ai commencé mes études par une école de commerce. Cependant, je me suis aperçu que les débouchés traditionnels offerts par ce type d’études ne correspondaient pas à mes attentes ; c’est pourquoi j’ai décidé de faire une année de césure après l’obtention de ma licence. J’ai profité de cette année pour effectuer un stage au sein de l’ONG Le Gret en Birmanie pour laquelle j’étais chargée de réaliser une étude de marché sur le micro-crédit. Cette mission m’a beaucoup plu et j’ai décidé de poursuivre mes études en intégrant un master en relations internationales. De là, j’ai intégré le temps d’un stage l’ONG Care qui m’a convaincue que j’avais bien choisi ma voie professionnelle.

Comment t’es-tu retrouvée au Tchad ?

Après mes études, je cherchais à entrer dans la vie active, je voulais aller sur le terrain. Le VSI me paraissait être un contrat pertinent compte tenu du peu d’expérience que j’avais et de mon envie de travailler pour le développement. Je n’avais pas de prérequis concernant le pays d’expatriation alors j’ai postulé à l’offre de VSI pour l’UNICEF Tchad et j’ai été retenue.

Tu peux nous parler de ta mission ?

Je suis chargée de communication et de relations avec les partenaires financiers au sein du bureau de l’UNICEF Tchad à N’Djaména. Le rôle de l’équipe dont je fais partie est de mobiliser les ressources qui serviront à mettre en place des projets pour les enfants du Tchad. Cela se traduit notamment par la rédaction de propositions de projets et de rapports de projets, qui témoignent des activités réalisées. L’objectif est d’entretenir et de développer le réseau de bailleurs de fonds qui financent les projets. Les aspects de coordination et de suivi des programmes sont très présents au quotidien.

Qu’est ce qui te plaît le plus dans cette mission ?

Ce que j’aime le plus est le fait d’être transverse aux différentes sections de l’UNICEF puisque je travaille sur des rapports de domaines différents comme l’éducation, la santé, la nutrition ou encore la protection. J’ai une vue globale sur les projets et je trouve ça très enrichissant.

Qu’en est-il du Tchad ?

En arrivant au Tchad, je ne m’attendais à rien de particulier. Contrairement aux autres pays que j’ai visités, il n’y a pas vraiment de documentation sur ce pays, je me suis donc laissée portée au fil des jours. Vivre ici est une découverte perpétuelle. Bien que les règles de sécurité ne me permettent pas de découvrir le pays comme je le souhaiterais, j’arrive à m’étonner chaque jour de ce que je vois, j’apprends à aimer la ville, ses odeurs et ses couleurs.

Une chose que tu apprécies tout particulièrement ici ?

J’aime beaucoup les couleurs du soir quand le ciel adopte des couleurs chaudes et se reflète dans l’eau du fleuve Chari.

Voir aussi

La rubrique “France Volontaires au Tchad”