Mathilde, volontaire en service civique à San Vicente en Equateur

Mathilde Enot était volontaire en service civique à San Vicente, petite ville située sur la côte équatorienne, pour une durée d’un an au sein de la Fondation Futuro. Envoyée par La Guilde, sa mission se déroulait dans une ludothèque où elle organisait des activités ludiques pour des enfants notamment en lien avec le jeu.

12/05/2020

Quelques mots sur vous et sur vos motivations à venir en Équateur pour faire un volontariat ?

Tout d’abord, je souhaitais faire un volontariat en Asie du sud ou en Amérique latine car j’avais envie de découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles cultures. Je n’ai pas choisi l’Équateur, c’est la mission que j’effectue en Équateur qui m’a choisie. Mes motivations étaient de travailler avec des enfants dans le domaine de l’animation. 

Que signifie pour vous faire un volontariat ?

Faire du volontariat pour moi c’est partager ses connaissances pour rendre les choses meilleures. Donner de son temps pour améliorer la vie de chacun. 

Quelles sont vos missions et votre quotidien en tant que volontaire ?

Ma mission est de travailler dans une ludothèque avec des enfants d’un quartier comme dit « défavorisé ». Les enfants viennent après l’école pour faire des jeux de toutes sortes (extérieurs, sportif, de société, activités culturelle etc..). Les enfants ont entre 3 et 15 ans. Lors des vacances scolaires nous mettons en place des activités physiques et sportives puis artistiques en plus. Nous avons quelques événements en dehors de la ludothèque comme la fête du jeu, la journée internationale du sport au service du développement et de la paix, la journée en commémoration au tremblement de terre etc.. 

Qu’est-ce qui vous a surpris le plus en arrivant en Équateur ?

Que la vie était plus chère de ce à quoi je m’attendais. Il y a l’heure française et l’heure équatorienne, quand il y a un événement, les personnes organisatrices disent toujours au moins une heure à l’avance l’heure de départ pour que tout le monde soit présent à l’heure d’après. J’ai été très étonnée de devoir jeter mon papier toilette à la poubelle.

Quel était/est votre regard sur votre pays d’accueil, sur la région dans laquelle vous vivez et sur ses habitants ?

Les gens sont très accueillants, quand je fais le trajet de chez moi à la ludothèque, les voitures klaxonnent, les gens nous font coucou de la main et nous disent bonjour dans la rue. L’endroit où je suis est tout simplement magnifique, avec le soleil presque tous les jours, vue sur la mer, avec énormément de verdure aussi. 

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui souhaitent vivre une expérience de volontariat ?

Je leur conseille de prendre cette opportunité si ils peuvent car c’est une expérience qui change la vision la vie, qui nous ouvre l’esprit et nous apprend énormément sur nous et sur les autres. Le seul conseil que je peux donner c’est de bien choisir la mission pour laquelle il travailleront car pour ma part il faut à tout prix être passionnée par ce que l’on fait pour mener sa mission à bien.