Naomi, VSI engagée dans le développement territorial au Bénin

Au Bénin, Naomi s'est engagée comme volontaire de solidarité internationale : elle est coordinatrice de l'association Gbobètô qu'elle a créée pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion à Porto-Novo.

13/10/2021

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Quel est ton parcours ?

Élevée dans une triple culture franco-colombo-béninoise, je me suis rendue pour la première fois au Bénin à l’âge de 16 ans. Depuis, je suis passionne par ce pays et sa culture.

Après des études à Sciences Po Paris centrées sur le continent africain et le développement inclusif des mégapoles des pays du sud, j’ai travaillé successivement pour la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe, en cabinet de conseil et en ONG sur des problématiques sociales.

Déterminée à être force de changement positif dans le combat contre pauvreté et l’exclusion, j’ai fondé Gbobètô en 2018.

Pourquoi avoir choisi le volontariat ? Quelles étaient tes motivations ?

Gbobètô est un projet passion auquel je consacre toute mon énergie et mon temps. Le statut de VSI me procure une protection sociale indispensable pour pouvoir poursuivre mon engagement. J’en suis reconnaissante.

Peux-tu nous présenter ta structure d’accueil ?

Gbobètô est l’association que j’ai créée en octobre 2018. Elle œuvre à faire du Déchet un levier de développement territorial. Concrètement Gbobètô veut :

  • Rendre la ville propre et saine : Créer des filières inclusives, durables et pérennes de valorisation des déchets pour éviter leur accumulation dans l’environnement ;
  • Transformer le Déchet en ressource pour le mieux vivre : Créer des biens et services répondant aux besoins peu ou mal couverts exprimés par les populations, à partir du recyclage des déchets ;
  • Favoriser une économie circulaire créatrice d’emplois durables : Créer des activités vertes autour du Déchet afin de favoriser la production locale et stimuler le tissu économique du territoire.

Pour en savoir plus sur l’ONG Gbobètô

Tu nous parles de ta mission ?

Je dirige les activités de l’association au Bénin. Je fixe le cap, cherche les financements, noue et fait vivre les partenariats, assure la communication, le reporting, les tâches administratives et comptables, etc.

Quelles ont été premières impressions à ton arrivée au Bénin ?

J’étais vraiment contente d’enfin y être, après tant d’années à rêver de m’y installer. Porto-Novo est une ville historique et magnifique où j’ai apprécié la douceur de vivre.

Qu’est-ce que cette expérience de volontariat t’apporte ?

Cette expérience me permet de vivre mes convictions et d’avoir un impact. Je suis le genre de personne qui serait malheureuse comme une pierre dans un travail qui n’a pas de sens.

Quels sont tes projets post-volontariat ?

Peut-être faire un doctorat sur les questions de développement économique et humain ou lancer un nouveau projet au Bénin, qui sait !

Un conseil aux futurs volontaires ?

Man, apprends la patience ou tu mourras !