Raphaël, Ambassadeur de l’engagement citoyen en Mauritanie

© Espace Volontariats Mauritanie

Raphaël 22 ans, fait partie des jeunes Ambassadeurs de solidarité internationale 2017. Après un séjour au Maroc (Rabat) pour une formation en technique de prise d’image et de montage, il effectue une mission de trois mois en Mauritanie, en compagnie de son binôme depuis fin février dernier. Passionné de lecture, il estime que ce type de voyage permet de « mûrir, de s’émanciper, d’apprendre, de s’ouvrir, d’envisager les choses sous des angles nouveaux... ». Nous vous livrons son témoignage.

28/03/2017

Qui es-tu ?

Peux tu te présenter en 4 mots ?

  • Fabuleux
  • Majestueux
  • Particulièrement Modeste
  • Fan de Daniel Balavoine

Pour quelle raison ce projet d’engagement en Service Civique ?

Une envie de voyages et de découvertes motivée par un ennui et un puissant mal-être lorsque je stagne, ainsi qu’une profonde aversion de la routine.

Quels objets as-tu amenés et pourquoi ?

Principalement des livres (un peu trop même, ça pèse déraisonnablement dans mes bagages) des slips et de la crème solaire (indispensable en temps que toubab).

L’interculturalité

Quelles ont été tes premières impressions à ton arrivée ?

"Wahouu c’est l’Afrique ici, non ?!"
" J’ai un peu chaud, il pleut quand ?"
"Est-ce qu’il est déjà arrivé que quelqu’un fonde ou s’embrase spontanément par cette chaleur ?"
"Waahoo vous avez franchement plus d’étoiles que nous, c’est pas juste"
"Haaa c’est ça l’océan ? Mais c’est de l’eau en fait !"

Quelles sont les différences qui t’ont le plus marqué entre la France et la Mauritanie ?

Pour éviter de tomber dans le cliché du "le climat, le traffic, le goût des fruits..." je dirai que la bienveillance de la plupart des gens me touche beaucoup, j’aime aussi l’incroyable vue sur les étoiles lorsque la nuit est tombée et le délicieux arôme du poulet et du riz. Voilà qui est tellement plus original...

La mission

Quelles sont les actions que tu as réalisées pour le moment ?

Après un mois de formation dans l’audiovisuel à Rabat (expérience des plus enrichissante) et l’arrivée à Nouakchott (nécessitant une certaine phase d’acclimatation), mon binôme et moi avons rencontré plusieurs volontaires présents sur le territoire ainsi que quelques associations locales, puis commencé à appliquer le savoir-faire enseigné au Maroc. Nous sommes par exemple allés à Kaédi rencontrer Damien, volontaire en VSI avec le GRDR, dont une des missions était d’aider au lancement d’un marché hebdomadaire à Djéol. Nous avons assisté à cette première édition, interviewé Damien, filmé le déroulement de la journée et tenté de prendre des photos (chose peu aisée par 40° et continuellement entourés par une horde d’enfants curieux et bien plus à l’aise que nous dans la chaleur ambiante. On a donc fait surtout des photos de ces derniers, ce n’est pas pour nous déplaire). En ce qui me concerne c’était carrément fun, complètement nouveau et insolite. Cette journée m’a complètement déboussolé.

Au cours de ta mission de volontariat, quelles sont les trois compétences que tu as acquis jusqu’à ici ?

Vider une bouteille d’eau d’1 litre en deux gorgées.
Faire un peu moins le malin qu’en temps normal (pas encore totalement acquis, jugez-en par vous-même). Et évidement, énormément dans le domaine de l’audiovisuel à travers la formation (en technique comme le montage, la prise de son ; mais aussi globalement à ouvrir l’œil, l’approche que l’on peut avoir, une certaine humilité, la certaine capacité à juger de ce que l’on trouve beau ou non etc...).

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

La plupart des "difficultés" rencontrées jusqu’à présent sont anecdotiques et en aucun cas je considère qu’elles puissent être un frein à mon engagement.

En tant qu’Ambassadeur de l’engagement citoyen à l’international, quelles sont selon toi les trois qualités essentielles pour devenir volontaires ?

  • La capacité à s’adapter, à être flexible
  • La bienveillance
  • La détermination

Si tu devais promouvoir l’engagement citoyen à l’international en une phrase...

Peace, unity and having fun.

Et après ?

Quels sont tes projets post-volontariat ?

Pour être tout à fait honnête, étant encore très jeune et inexpérimenté, j’envisage de repartir dès que possible. Au risque d’avoir l’air hypocrite et naïf, je considère que les voyages, et tout particulièrement à travers le volontariat et ce type de projet, sont aussi quelque part des alternatives à des parcours plus classiques et parfois malheureux (études sans intérêt, petit boulot moisi, ennui profond, formation par défaut...) qui permettent de mûrir, de s’émanciper, d’apprendre, de s’ouvrir, d’envisager les choses sous des angles nouveaux...

Un conseil aux futurs volontaires ?

Mangez 5 fruits et légumes par jour, soyez curieux et écoutez le dernier album de Young Thug.

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Volontariats Mauritanie : ev.mauritanie@france-volontaires.org